LES BRULURES THERMIQUES





Introduction

Les brûlures sont des atteintes de la peau et des tissus sous-jacents, pouvant aller jusqu'à la destruction, provoquées par la chaleur

Ces lésions peuvent mettre en jeu :

* le pronostic esthétique et/ou fonctionnel.

* le pronostic vital si la brûlure est conséquente.

Circonstance de survenue

Causes

Les causes sont très diverses, on observe, par ordre de fréquence :

* origine domestiques (60-70%)

* accident du travail (20%)

* accident de la circulation

* actes auto-agressifs

* autres accidents (loisirs, vacances)

Mécanismes

La brûlure thermique est la résultante de l'action de la chaleur qui est transmise :

* soit par rayonnement : brûlures solaires, U.V., rayonnements ionisants...

* soit par contact direct qu'il s'agisse de liquide, de gaz enflammé ou de solide incandescent....

La brûlure peut également être d'origine chimiques ou électriques.

Gravité de la brûlure

Profondeur de la brûlure :
 
Degré Signes cliniques
1° degré  simple érythème

hypersensibilité spontanée et exagérée au moindre contact

durée de 24 à 48 heures

guérison spontanée de règle 

2° degré superficiel  phlyctène (bulle ou cloque) et phanères (poils) adhérents

douleur spontanée vive

guérison spontanée laissant une cicatrice parfois dépigmentée. 

2° degré profond  même aspect que le 2° superficiel

phanères non adhérents

en fait la différence essentielle est l'absence le plus souvent de cicatrisation spontanée. 

3° degré  anesthésie de contact ++++

coloration chamois

cicatrisation spontanée impossible nécessité d'une détersion (nettoyage des zones nécrosées) suivi d'une greffe. 

Carbonisation  brûlure très profonde avec atteinte des cartilages et des os où aucune cicatrisation n'est possible. 
 

Il faut noter qu'il peut exister des brûlures de degré différents qui se côtoient, dans ces cas le diagnostic de profondeur est souvent difficile.

Plus une brûlure est douloureuse plus elle est superficielle, en effet une brûlure profonde est insensible en raison de la destruction des récepteurs sensitifs.

Surface de la brûlure

L'évaluation de la surface associée à celle de la profondeur permet d'établir la gravité de la brûlure.

La surface brûlée peut être évaluée par différents moyens :

* pour de petite surface : la paume de la main correspond à 1% de la surface corporelle totale.

* pour de grande surface, l'évaluation se fat par la règle des 9 de WALLACE pour l'adulte :

- tête = 9%

- thorax = 9% face antérieure + 9% face postérieure

- abdomen = 9% face antérieure + 9% face postérieure

- membre supérieure complet = 9%

- membre inférieur = 9% face antérieure + 9% face postérieure

- organes génitaux = 1%

* chez l'enfant, cette règle ne peut s'appliquer en raison des différences de proportion des surfaces corporelles (tête = 18%) et tronc (26%). Il existe un table pour calculer cette surface.

Sont considérées comme graves, des surfaces de brûlures supérieures à :

* 15% chez l'adulte

* 10% chez l'enfant

* 5% chez le nourrisson

Localisation

Certaines localisations particulières sont des facteurs de gravité supplémentaires :

- les brûlures de la face et du cou car :

* possibilité d'oedème de la glotte avec un risque de détresse respiratoire associé avec des lésions de l'arbre respiratoire (inhalation de fumées d'incendie brûlantes)

- les brûlures du périnée (OGE et orifice anale) car :

* risque infectieux majeur

Les brûlures circulaires (tour complet d'un segment de membre) sont graves car elles entraînent un arrêt total de la circulation sanguine.

Conduite à tenir :

Au niveau des prompt secours :

* le geste essentiel est le REFROIDISSEMENT :

- diminue la profondeur de la brûlure (si précoce)

- diminue la formation de l'oedème

- réduit la douleur

Le refroidissement doit donc être systématique et le plus rapide possible selon les modalités suivantes :

- ruissellement d'eau sur la surface lésionnelle et périlésionnelle (ne pas diriger le jet sur la brûlure )

- durée minimale de 5 minutes

- température de l'eau à environ 15° Celcius

Autres gestes:

- le déshabillage des zones atteintes lorsque les vêtements n'adhèrent pas à la peau.

- séchage après refroidissement

- emballage des zones brûlées au moyen de champs stériles.

- oxygénothérapie.

La disparition de la douleur lors du refroidissement est un bon signe et un critère d'efficacité.

Fautes à éviter :

- le refroidissement ne doit pas retarder les autres gestes d'urgence éventuels (arrêt d'une hémorragie, ventilation artificielle,...)

- exagération du refroidissement pouvant entraîner une hypothermie ( température corporelle centrale inférieure à 35° Celcius).

Bouclette_rouge.gif (285 octets)RETOUR